L’Emploi en Israel

Une des étapes les plus importantes de votre intégration sera évidemment la recherche d’un emploi qui vous correspond.

Le marché du travail en Israël est très dynamique et les procédures sont plus rapides. Par conséquent, les processus de recrutement à long terme n’existent pas ; lorsqu’une entreprise cherche un employé c’est en général pour les semaines qui suivent et elle ne peut pas se permettre d’attendre un nouvel immigrant qui ne pourra faire son Alyah que plusieurs mois plus tard.

Comment chercher un emploi ?

  • Le CV : mettez-le à jour et rédigez-en une version en hébreu (ou en anglais).
  • Consultez les sites Internet spécialisés (souvent en hébreu ou en anglais)*.
  • L’entretien d’embauche : adaptez-vous à la culture locale, beaucoup moins formelle qu’en France.
A savoir (données à jour au moment de la publication)
Salaire minimum: 25 NIS de l’heure, soit 4650 NIS pour un temps complet.
Au 1er août 2016, le salaire minimum sera de 4825 NIS.
Au 1er janvier 2017, le salaire minimum sera de 5000 NIS.
Salaire moyen: 9889 NIS au lieu de 9385 NIS le mois d’avant
En mars 2016: 92019 offres d’emploi proposées
Chômage: 5,1%
Taux d’emploi: 77,8%

Conditions d’emploi

  • Le CDI existe en Israël mais pas tel qu’il existe en France, il diffère notamment au niveau du licenciement, qui est beaucoup plus facile.
  • De la même façon, l’embauche est également plus facile car moins contraignante pour l’employeur.
  • En général, les 3 premiers mois sont une période d’essai pour l’employeur et pour l’employé.
  • Au bout de ces 3 mois, l’employeur est obligé de cotiser pour votre retraite.
  • Dans certains cas, vous pourrez aussi négocier le “Keren Hichtalmout” qui correspond à un fond de formation très intéressant pour l’employé: l’employé et l’employeur cotisent pendant une période de 6 ans à l’issue de laquelle l’employé peut y avoir accès et utiliser les fonds (non-imposables) comme il le souhaite.
  • Les employés sont prélevés à la source sur leur salaire brut pour : la sécurité sociale, la caisse maladie, le fond de pension et l’impôt sur le revenu. Ce dernier est calculé par paliers sur une estimation annuelle des revenus. Si en fin d’année, vous vous rendez compte qu’on vous a trop prélevé car l’estimation n’était pas exacte, vous pouvez faire tous les ans, au mois de mars, une demande de remboursement.

Indépendants – Création de société
Pour ceux qui choisiront de créer leur société en Israël, il existe trois types de sociétés :

  • Osek Patour (micro-entreprise) pour les petits revenus. En général c’est ce qui est choisi pour le début d’une activité ou quand il s’agit d’une activité complémentaire.
  • Osek Mourché : entreprise indépendante de taille moyenne assujettie à la TVA et aux mêmes paliers qu’un salarié concernant l’impôt sur le revenu.
  • ‘Hevra Ba’am (équivalent de la SARL) : plus de contraintes comptables et assujettie à l’impôt des sociétés. Pour celle-ci, un avocat ou expert comptable devront vous accompagner pour déposer les statuts de la société et vous guider dans les démarches.
  • Le Ministère de l’Alyah et de l’Intégration propose certaines aides pour exporter une société française vers Israël ou pour créer une société en Israël. Pour plus d’informations à ce sujet, appelez le +972 3 511 7115 depuis la France et le 1 700 701 200 depuis Israël. Vous pouvez aussi consulter le site Internet : www.2binisrael.org.il